L'engouement des casinos en ligne sur le continent africain - senerek

L’engouement des casinos en ligne sur le continent africain

Le continent africain est devenu l’un des plus dynamiques en matière de jeux d’argent en ligne ces dernières années. Le secteur aurait en effet permis de dégager près de 2 milliards de dollars de bénéfice en 2016. Un an plus tard, ce chiffre aurait encore grimpé de plusieurs centaines de millions d’USD. Une évolution qui s’est encore une fois confirmée en 2019, et dans un avenir proche puisque les projections estiment que la hausse devrait se stabiliser autour de 5 % annuels d’ici 2021.

Les chiffrent parlent d’eux-mêmes et témoignent d’un réel engouement des africains pour l’iGaming, et en particulier les casinos en ligne. Le potentiel du marché africain attire d’ailleurs de nouveaux acteurs (pas toujours très scrupuleux) et inquiète les pouvoirs publics qui cherchent un moyen de le juguler et d’empêcher les dérives.

Les jeux d'argent en ligne en Afrique

Le développement des technologies mobiles en Afrique

Si les jeux en ligne, et en particulier les casinos virtuels ont pu prendre un tel essor sur le continent africain, c’est bien évidemment en raison de l’adoption massive des supports mobiles qui permettent de les pratiquer. Si de nombreuses régions n’ont pas encore l’électricité, et une couverture Internet pratiquement inexistantes, les opérateurs mobiles conservent les plus grosses parts de marché et proposent aujourd’hui des smartphone haut de gamme à des prix très abordables. Idem pour le réseau mobile, qui est haut débit dans la grande majorité du continent.

C’est sur ce support qu’ont pu s’établir les premiers casinos en ligne et les plateformes de paris sportifs, qui sont très populaires en Afrique. Et si on manque encore de chiffres assez précis pour calculer leurs chiffres d’affaires, ils sont globalement en hausse depuis ces dernières années.

L’Afrique du Sud : la terre promise du gaming en ligne

Avec une vitrine aussi attrayante que le statut de premier (et de seul, à ce jour) pays africain à avoir accueilli la coupe du monde de football, l’Afrique du Sud reste également une terre de croissance très importante dans le secteur du jeu, virtuel cette fois. Avec toutes les infrastructures essentielles au développement des jeux d’argent, et notamment du pari en ligne, le pays se classe parmi les plus attractifs pour les casinos virtuels. Outre les paris sportifs, et les jeux d’argent comme les jeux de  poker en ligne ou le blackjack, se serait surtout le bingo en ligne qui attirerait le plus de joueurs dans cette partie du monde.

Des pratiques qui manquent encore d’encadrement

Les jeux d’argent (grattage, loto, PMU et paris sportifs) ont toujours eu une très grosse côte de popularité dans les grandes villes d’Afrique. La nouveauté se situe donc plutôt en terme de support puisqu’ils se sont déplacés des établissements physiques aux plateformes en ligne, qu’il est plus difficile pour les gouvernements de contrôler. Il n’empêche que la grande majorité d’entre eux souhaite réguler cette industrie.

C’est par exemple le cas du Kenya, dont le parlement a instauré un comité de 11 membres pour proposer des recommandations visant à réguler le secteur des jeux d’argent en ligne dans le pays. Et notamment juguler les effets néfastes qu’ils peuvent avoir sur la société avec, en tête, les risques de dépendance et de surendettement, en particulier chez les classes populaires.

Dans d’autres pays africains aussi, l’engouement des jeux d’argent et de hasard en ligne inquiète les autorités. On peut aussi prendre l’exemple de la Gambie, qui a pris une décision radicale en choisissant de les interdire en mars 2015. Le président à justifier cette décision en expliquant que l’addiction chez les jeunes était un problème de santé publique. Mais aussi en réaffirmant que ces pratiques étaient interdites par les religions majoritaires du pays.

D’autres gouvernements souhaitent plus simplement taxer ces nouvelles sources de profit afin d’en faire profiter le pays. C’est le cas du Burkina faso, par exemple, dont une large partie des gains sera reversée au trésor public dès 2020.

Grands groupes et mafia corse

L’autre particularité de l’essor des jeux d’argent des casinos en ligne en Afrique est l’arrivée d’opérateurs mafieux étrangers sur le marché. C’est le cas notamment des corses, qui s’étaient implantés dès les années 1990 au Gabon, au Cameroun et au Congo-Brazzaville pour y établir les premiers établissements de jeu. Aujourd’hui, les mêmes pratiques sont répétées pour les plateformes virtuelles.

De manière générale, le secteur des jeux d’argent reste l’apanage des grands groupes dans une large majorité des pays africains. Comme au Sénégal, au Gabon, mais aussi en Zambie, au Kenya ou au Ghana où ils sont très présents.

Idem pour les principaux opérateurs mobiles qui ont eux aussi flairé le filon et les perspectives de recettes juteuses. Beaucoup ont déjà créés leurs propres casinos et jeux de hasard en ligne, comme au Kenya où ils trustent les sites de paris sportifs.

Articles similaires

A propos de l'auteur

Ajouter un commentaire

Ian Kinsler Jersey